Skip to content


L’importance des faits

Suite à mes posts (1 et 2) de la fin de l’année dernière sur la démarche Lean chez Peugeot, je ne peux pas m’empêcher de commenter un article reçu ce matin citant des sources syndicales suite à la décision de rappeler des voitures françaises potentiellement exposées aux mêmes problèmes que celles de Toyota en ce moment.

Quelques morceaux choisis :

“A savoir “la production maigre” (en anglais Lean manufacturing), “c’est-à-dire avec le minimum de temps d’étude et de conception, de moyens, de personnel et de salaire” et “sans parler de la sous-traitance à outrance”

Les salariés de la filière automobile font les frais de ces politiques en terme de précarité de l’emploi, de sous-effectif, de conditions de travail, stress et rémunération. On en mesure maintenant les conséquences pour les consommateurs

la multiplication des rappels de véhicules des différentes marques doit être l’occasion pour les dirigeants de s’interroger sur les dogmes actuels, afin de garantir aux consommateurs des véhicules sans défaut et produits dans des conditions socialement acceptables

Je dois concéder que je suis d’accord avec eux si cette perception reflète la réalité :

- le Lean ne doit pas avoir pour objectif le diminution du personnel et des salaires : c’est plutôt l’inverse, si les opérationnels sont directement à l’origine d’une meilleure performance, ils ont droit à leur part des bénéfices. Ces ‘conditions socialement acceptables’ sont le minimum auxquelles le personnel peut s’attendre.

- le Lean devrait avoir comme conséquence moins de stress et de meilleures conditions de travail : tout le monde se met d’accord sur la meilleure façon de travailler, et les opérationnels sont compétents pour traiter toute déviation par rapport à ces normes afin de se remettre sur la bonne voie,

- le Lean n’est certainement pas une justification de la sous-traitance – toute interface est source potentielle de gaspillages,

- enfin, si le client paie les frais du Lean… c’est le monde à l’envers!

De toute façon, depuis des mois maintenant, il y a des signes que la démarche Lean chez Peugeot n’est pas des meilleures. Avoir les syndicats sur le dos à chaque tournant ne doit pas beaucoup contribuer à sa réussite. Est-ce que c’est une entreprise qui est trop grande pour efficacement mener une démarche Lean? Est-ce que les objectifs de gains à court terme n’empêchent pas le développement d’une vision plus long terme? Ou est-ce qu’on a simplement oublié d’en parler aux syndicats?

Je n’ai pas de faits et de données, donc je n’ai pas le droit de donner un avis. Par contre, il y a eu un article dans Business Week cette semaine de la part de Jeffrey Liker, auteur de Toyota Way, qui fournit des faits et des données concernant la situation dans laquelle se trouve Toyota en ce moment.

S’il y a une chose que nous devrions retenir du Lean, c’est bien de se baser sur des faits.

Posted in Actualité.


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.


Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes