Skip to content


Ca y est, le Lean Manufacturing s’achète (suite)

J’avais fait part dans un post il y a deux semaines, d’une situation étonnante dans un conflit social où les augmentations proposées étaient dépendantes de l’acceptation du Lean Manufacturing.

Cette situation devient de plus en plus ridicule. Il y a une semaine, il semblait que tout était rentré dans l’ordre. On était d’accord sur la rémunération sur les trois prochaines années, et les syndicats étaient prêts à envisager le Lean, même s’il étaient évident que l’entreprise allait avoir besoin d’un expert dans la conduite de changement pour y arriver.

Et puis, vendredi… boum!!

« Lundi matin, (on) a rajouté des clauses, en quelque sorte des garde-fous sur le Lean », expliquait Jérome Daubaire, délégué CGT. « À savoir que si on n’atteignait pas 20 % de productivité en plus et si l’entreprise enregistrait des pertes en fin d’année, les accords ne seraient pas tenus. Désolé, mais c’est inacceptable ! ….. Dans aucune autre entreprise, on ne fait signer un accord à ses salariés pour entamer une démarche de qualité.»

A mon humble avis, peut-être qu’un accord de base et des paliers d’améliorations liés à la performance de l’entreprise, quel que soit le moyen utilisé pour y arriver, auraient été plus adaptés dans ces circonstances.

Posted in Actualité.


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.


Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes