Skip to content


Quand le chef de rayon est absent, tout est permis.

Quasiment deux mois sans rien écrire est impardonnable, mais une bonne signe que je suis bien occupé ailleurs. Cependant, depuis mon expérience chez le Leclerc local cette semaine, il fallait que je mette les doigts sur le clavier le plus rapidement possible.

Je suis anglais, et comme tous les anglais, j’adore la bière anglaise! Depuis quelque temps, on peut en trouver régulièrement chez Leclerc, la population britannique locale ayant besoin plus que d’autres à se désaltérer sous le soleil du sud-ouest.

Et la bière anglaise chez Leclerc ne coûte pas plus cher – et certainement moins cher – que la même bouteille ou canette en Angleterre. Je me suis fait avoir par contre mi-avril – le prix normal de 1,70 avait été baissé d’abord à 1,22 puis à 1,15, et oubliant tous mes principes de juste-à-temps et de réduction de stock, j’en ai profité pour remplir mes étagères (la bière anglaise ne se stocke jamais en frigo!!).

Imaginez mon horreur à l’ouverture des premières canettes quand j’ai découvert un goût très métallique, qui s’est expliqué en retournant la boîte (non ouverte, bien sûr) – une DCR (date recommandée de consommation) du 30 avril 2011. Imbuvable, mon stock a terminé à la poubelle, encore une anecdote à raconter sur les risques de constitution de stock.

Mardi de cette semaine, le 3 mai,  je suis allé faire les courses. Bien sûr, j’avais très soif, deux semaines sans ma dose commençait à se faire sentir. Drame!! Ces mêmes boîtes de DCR du 30/4 étaient toujours dans le rayon. En tant que citoyen responsable, je l’ai bien sûr tout de suite signalé au responsable de rayon, qui a pris 4 unités, vu qu’il y avait des dizaines derrière, et m’a promis que “je reviens, je m’en occupe”.

Jeudi soir, le 5 mai, j’y suis retourné!! Le rayon était de nouveau plein. Or, s’il y une chose que je déteste, c’est qu’on se f**t de ma gueule (c’était ma perception). J’ai demandé à voir tout de suite le Directeur. Il était absent, donc je lui ai écrit une page et demie décrivant mon expérience, indiquant qu’il y avait des produits périmés dans les rayons, et que je n’appréciais pas trop le manque de respect envers son client.

Vendredi matin, le 6. Je passais par là (par hasard). Car je sais que c’est un bon Directeur, et il fait son ‘gemba’ tous les matins. Premier constat. Plus de produits dans le rayon! Et qui est-ce que je vois en train de faire son tour?

“Bonjour Mr le Directeur”. Je me suis présenté. “Évidemment vous avez bien reçu ma note. Et vous avez déjà enlevé  les boîtes en question. Un premier bon réflèxe”.

Et sa réponse m’a étonné.

“Oui, mais réglementairement et sanitairement, il n’y avait aucun problème, le DCR n’est qu’une indication, ce n’est pas comme la date limite de consommation”.

“Mais il y avait un goût très métallique, le conteneur commençait à se dégrader”.

“Vous avez du tomber sur une mauvaise boîte”.

“Et l’attitude de votre personnel? On promet d’enlever les boîtes, puis on les remet”.

“C’est parce que le chef n’était pas là”.

Silence curieux et confus.

“Il restait une caisse, et on l’a remis quand on a vu l’emplacement vide….”

Silence confus, en attente de la suite.

et c’est la responsabilité du chef de vérifier les dates“.

J’en tire deux leçons de cette expérience. D’abord, en tant que client, j’ai eu une perception des faits qui n’avait rien à voir avec ce qui s’est passé en réalité. Et ceci doit arriver souvent pour tous types de clients.

Et puis, mais ce n’est qu’un conseil, demandez si le chef de rayon est présent avant de faire vos courses chez Leclerc!

Posted in Respect des personnes.


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.


Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes