Skip to content


Heijunka sur la périphérique de Toulouse?

Cela fait plus de cinquante ans que notre compréhension du Lean Management évolue, donc je n’ai peut-être pas tort si je dis que l’on a déjà eu une bonne proportion des idées originales dans le domaine. Ce n’est pas évidemment tout à fait la vérité – on peut toujours souhaiter des dipositifs Poke Yoke pour les arbitres de foot, ou l’application du Heijunka appliqué aux bouchons de la périphérique de Toulouse le matin, mais si l’on se limité au coeur du Lean, je n’ai pas l’ambition pour l’instant de sortir des théories ou des observations radicalement nouvelles.

On ne doit pas donc être réticent à reproduire les contributions des autres, surtout quand elles sont bonnes, et cachées dans des vidéos sur un site de langue américaine.

Je suis allé voir le site Gemba Academy qui, si je ne me trompe pas, fait partie de l’empire croissante de l’équipe à l’origine de Superfactory. C’est un site qui a démarré en début de cette année, et qui produit et vend des vidéos sur le Lean. Un des vidéos gratuits s’intitule “Les Dix Commandments de l’Amélioration Continue” et, puisque ce vidéo-ci est gratuit pour tous, on ne va pas de reprocher de reproduire l’essentiel ici. Et il faut dire qu’il y a du vrai dans les dix.

Les Dix Commandements de l’Amélioration Continue, traduits approximativement, sont donc les suivants :

  1. Ouvrir vos esprits au changement
  2. Penser “Yes, We Can” (on voit où M.Obama a trouvé son inspiration) …. if…. (si….)”
  3. Toujours s’attaquer aux processus, jamais aux personnes,
  4. Chercher des solutions simples
  5. Si ça casse, arrêtez pour le réparer
  6. Utilisez la Créativité, pas le Capital (investissements)
  7. Les problèmes sont des opportunités déguisées
  8. Trouver la cause racine…. pourquoi? pourquoi? et encore pourquoi?
  9. La sagesse de plusieurs vaut plus que les connaissances d’un seul
  10. Il n’y a pas de destination finale sur le voyage de l’amélioration.

Et je me suis dit – quels sont les commandements les plus difficile à respecter?

En troisième position, je mettrais le premier : être ouvert au changement. Surtout par les temps qui courent, la stabilité est très appréciée, et les changements importants sont probablement vus comme une menace plus souvent que dans d’autres périodes. Et le plus difficile pour être ouvert au changement est de l’être exactement en même temps que tous les collègues.

En deuxième, et ici je parle de l’expérience, je propose l’identification des causes racines. Trop souvent on se contente de la première solution – “au moins ça marche” – sans faire l’effort d’aller jusqu’au bout du problème. Qui, bien sûr, se reproduit quelques temps plus tard!

Et, en premier, et loin devant, je mets le dernier commandement. L’amélioration n’est jamais terminée. Combien de fois est-ce que les améliorations sont issues de projets, qui par définition ont une date de fin, à laquelle les gens partent sur autre chose? Même pour les amélioration appliquées sur les lignes, on est des fois tellement contents de ce qu’on a fait qu’on n’ose plus y toucher, par peur d’inverser les progrès faits. C’est un aspect culturel, le résultat d’un certain style de management qui crée les conditions où chacun se sent responsable et capable de faire mieux, et tous les jours.

Je ne sais pas si, en France aujourd’hui, il y a beaucoup d’entreprises qui sont déjà arrivées à ce sommet?

Merci en tout cas, Gemba Academy, d’avoir fourni le matériel.

Posted in Culture et Changement.


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.


Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes